Phonétique

 

 

  On trouvera ci-après des indications qui se rapportent plus précisément à Basècles et aux communes avoisinantes mais beaucoup sont valables pour toute la région.

Ce glossaire étant destiné au public baséclois, et non aux linguistes, cha­cun pourra rectifier, selon son parler local.

 

 


 

a

 Devant un ge il approchera une prononciation intermé­diaire entre au et ô (un peu le o de encore):

Ex.= sauvôch’,garôch’,villôch’


 

an

 Se prononce parfois in :

 ex.= dans,danse,manger,rangée,rang*,bande,dimanche,déranger,démanger

* on prononcera pourtant an dans : I s'a mis sus les rangs (il s'est présenté aux élections )


 

be,pe,ple,pre,ble,bre

En finales se prononcent indistinctement pe.

Ex.: « eç’t’enn’champ’toute simp’mais prop’et agréap’ »,

     « ell’ avoit enn’courté rôp’et des gampes comme des troncs d’arpes».


 

ch

 Le patois a souvent gardé la forme du mot latin en conservant l’occlusive sourde du c(k) alors que le français a évolué en ch :

 

Latin             Patois            Français

Cantare          Canter             Chanter

Carbo             Carbon            Charbon

Catus             Cat                  Chat

Vacca            Vaque              Vache

Clocca            Cloque            Cloche

Capella           Capelle           Chapelle

 

Certains mots gardent la prononciation ch :

chagrin ,chapitre ,charte ,chaume ,chauve ,chef ,chèque et la plupart des mots contenant les sons  : chi,cho,chu. Ex.= chucolat,chicon,chucorée

 

Autres exceptions : Chien -> Tchié ;Cher ->Tchièr (é tchièr client)

 


 

cle,cre,gle,gre

Ces finales se prononcent indistinctement que.

Ex.: «Un nèque aveuque qui sintoit l'vinaique eyé l’chuque faisoit l’espectaque».

Et bien évidemment Basèques !

 


 

d

 d + i (+ autre voyelle) se prononce dji:

Ex.= djiape (diable); ed' jiau (de l’eau) ;djiantres(diantres);djieu(dieu)


 

dre,tre

Les finales se prononcent te.

Ex.: «ej’va l' printe pau vinte» (je vais le prendre par le ventre).

 


 

e

 Un e prosthétique apparaît à l'initiale, devant un s, comme dans le langage populaire d'autres régions wallonnes: estatue, espécial.

On le trouve aussi devant :

l'article défini (el, el'z)

 ex.= el garchon,el’z autes ;

l'adjectif possessif (em', et', es', em'n, et'n, es'n)

 ex.= em’tchié,etn’amisse ;

l'adjectif démonstratif (eç')

 ex.= eç’homme-là ;

certains pronoms personnels (ej', et')

 ex.= ej’va canter ;et’minge comme un qu’vau ;

les pronoms démonstratifs el cheu, el cheulle

 ex.= el cheux qui pierd y paira

ceci en début de phrase ou après une syllabe fermée.(*)      

 

Le es final de l’adjectif qualificatif précédant un substantif féminin pluriel commençant par une consonne devient és:

Ex.= des bellés-loques (des vêtements de dimanche),Lucia à grossés-fesses, des longués-flûtes(de longues jambes),des pauffés gins(des pauvres gens).

 


 

en

Se prononce in:

Ex.=  enne cinse; é moumint, douch'mint.

Exceptions:temps,intertemps(où l'on prononce an), mais: d'timp z’in temps.

  


  

eur

 Les mots finissant par le suffixe d’agent eur font eux

Ex.: é colleux d’affiches ,arracheux d’dints.

Mais on dira : « queu malheur ! » et « à la bonn’heure ! »


 

fle,fre,vre

Ces finales se prononcent fe.

Ex.: «Quant ej' chuffe, on m'offe du g’nièfe et des auffes ».

 


 

ge

 Les finales ge se prononcent che :

Ex.: « I toit énn’anche avant s’mariôche » ; « el diminche in minche des asperches»


 

gne

 Le g disparaît dans la finale mouillée gne :

Ex.= enne montane, dé l'iau d'Colonne.

 


 

h

 Le son expiré h ne s'entend jamais. Il n'intervient même pas pour éviter l'élision ou la liaison. On prononce: des z'haricots, é n’hangar, l'houblonnière.  


 

i

 Parfois, au i français, correspond un u:

Ex.=  «Ch'toit du café boulu, j' l'ai sintu ».

 

Souvent, devant un ni,il fait place à è:

Ex.= boudène, épène, farène, rachène, visène (voisine)

 

ou plus rarement à é:

ex.=  déner (dîner)

 

Dans les mots finissant en lierli prend la valeur d'un yod:

Ex.=  escalier = escayer; collier = coyer.

 


 

ill

A l'intérieur d'un mot, devient i + yod:

Ex.= fillette = fiyète; million = miyon .

 


 

ien

 se prononce généralement é

ex.= bié(bien),tché(chien),vaurié(vaurien)

 


  

eil,ille,ail,aille

 Le yod que l'on trouve en français après les voyelles e (soleil),

 i (fille), a (médaille), ou o (grenouille) disparaît au profit du l:

Ex.= solel dins s' n'wèl ; enn’ médalle ;des patt’ dé gernoull’

  


 

j

Le patois a gardé l’occlusive g quand le français a changé en j

Ex.= gambe,gardin,gambon,gaune,gartière

                                                   


 

l

 Il disparaît parfois en finale:

Ex.= du sé (sel), Noé (Noël), queu baudet !(quel idiot !)  

  


 

oi

 La diphtongue oi du français peut faire place au son simple o :

Ex.= bos (un bois).

  

ou à un i:

ex.= «Chu qu'i t’à mi, ch'est à ti».

 

ou à è :

ex.= d'l'avène (de l’avoine)

 

Enfin, la diphtongue oi subsiste parfois avec une prononciation plus proche du français ():

Ex.= foi, foie, loi, arnitoile, soie, ...

  


 

oire

 Généralement les terminaison oir,oire se transforme en wôr

Ex.= armwôr(armoire),pwôre(poire),bwôre(boire)


 

ou

 Se remplace parfois par O (celui de globe, pas de rose) :

Ex.= Des soris , un cop d' pied ,vos cantez ,

mais on dira : é trau (un trou),é clau(un clou)

 


 

oy

 A l'intérieur d'un mot, la diphtongue française oy (noyer = nwaïé) se fractionne en une voyelle o + un yod: no-ïer, applo-ïer, mo-ïeu.


 

s

 s orthographié s,ss,c,ç devient souvent ch :

Ex.= chabot,pièche,chirop,canchon,garchon,cauchon,avanche

 

Exceptions : saucisse,passer,godasse,tasser,…

 


 

t

 t + i (+ autre voyelle) se prononce tchi:

ex.=  métchier; Mathieu = Matchieu; otier(outil) = otchier

 

Un t apparaît dans la conjugaison du présent (indicatif et subjonctif), de l'imparfait et du conditionnel à la 3e personne du pluriel;

Ex.= I veut-tent (ils veulent) ; I donnuin-tent (ils donnaient)

Ce t est souvent appuyé d'un é:

Ex.= « i fait'té; i n' pait'té jamais. »

On ne fait pas la liaison avec le t des formes verbales:

Ex.= « i mingeoi(t) enne tartin’ in d'allan(t) à l’églîche. »

Le t disparaît dans les finales en ste et est remplacé par un second s:

Ex.= «Batisse, ch' est enn’artisse »; « Augusse! Ch’est é bon garagisse »


 

w

 Le w d'origine germanique s'est conservé dans des mots, où le français a opéré la mutation consonantique en g:

Ex.=  warder (garder), water (gâ­ter), waule (gaule).


 

x

 Est régulièrement remplacé par un s :

Ex.= espédition,trenne espresse,

  


 

Autres diphtongues:

 

On peut faire un certain nombre de remarques générales :

 

- les mots qui, en français, se terminent par eau s'écriront avec iau :

Ex.=  dé l'iau, un coutiau, un ratiau...

Exception : sé-yau (seau)

 

- l’apparition fréquente d'un i (à valeur de yod) devant e,é,ê (suivi de r ou de t) :

enn’ tierre,enn’tiète,du fier,del’hierbe,enn’fièt’,...

 

- la diphtongue du français euil fait parfois place à wel:

Enn’ wel (œil), enn’fwelle (une feuille),

 

ou plus souvent se simplifie en eul   :

fauteul’, chevreul’, in deul’, é seul.

  


 

Voyelles et diphtongues élidées

 

Le e muet l'est vraiment; il ne se prononce donc pas:

Ex.=  «es' fèm'-là f'zot des p'lur's dé petôt’s gross's comm' des piaux d' banan' ».

D'autres voyelles et diphtongues s'amuïssent, en particulier dans les articles, les adjectifs possessifs les pronoms personnels:

Ex.= «El velo dé m'pèr', ch't'à m'n homm'là»; t'as enn' buqu' dins t'n wèl»; «Et' peux c'mincher!»

 

Toutes ces élisions font qu’on emploie moitié moins de syllabes qu’un Provençal ! 

  


 

Consonnes euphoniques

 Le patois, en général, évite le hiatus (exception: cf. t). Il intercale donc une consonne euphonique, pour séparer deux voyelles (comme le français le fait, par exemple, dans: a-t-il?):

z: «j' leu z'ai dit » (je leur ai dit); « on in voit qui z'ont des yars»   

n: «Queu n'estoumac! » ; « pa n'un joue qu'i pIeuvoit », «j'ai donné m' vélo à n'un aute».

d: « i d'a un qui mint»   

 


 

Consonnes finales

Contrairement au français les consonnes finales se prononcent dans :

toubac’,estoumac’,moins’(moins),lit’(lit),nuit’ »

 


 

 

(*) Une syllabe ouverte est celle qui, phonétiquement, se termine par une voyelle: papa, matin, souris, galop.

    Une syllabe fermée se termine, phonétiquement, par une consonne: vert, rouge, tante.

 

 

  

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×